Soleil d’avril
Neige à la dérive
Le printemps coule…
Au milieu des champs
Sur le bitume fissuré
Le lit boueux
De la terre
 
Le long des toits
Inclinés
Les glaces
Cassent l’ennui
L’hiver se noie
J’ouvre mon manteau
À l’horizon
Qui me convie
Au flottement
De l’âme
Printemps des sens
Sur ma chair
Ensoleillée
Qui palpite
Au moindre souffle
De ton vent
Je te renifle
Je t’avale
Je bois
Ta sève
Nourricière
Coule, coule
Dans mes veines
Délicieux printemps
Coule
Sur mes plaies
Et réchauffe
Ma vie