Avoir raison de mon coeur
Torturer mon esprit
À votre merci
Voilà votre résolution
Combien de nuits blanches
Encore
À voyager
 En aller et retour
Dans ce passé
Toujours présent
Aussi puissant
Combien?
La pluie
Comme musique de fond…
Chaque goutte je l’entends
Éclater
Contre ma fenêtre fermée
Sur la nuit
En additionnant les heures
Que vous me dérobez
Sinistre est la solitude
Quand dans ma mémoire
S’entrecroisent vos images 
Comme flocons de neige
Sous la rafale
Combat nocturne
Entre vous et moi
Lutte sans fin
Lasse, je suis lasse
De votre persistance
À fouiller
Dans les ténèbres
Du plus profond
De mon être
Ô pensées indésirées
Indésirables
Fermez cette boîte
À souvenirs
Qui imprégnent l’oreiller
De la noirceur jusqu’à l’aube
Volez au vent, loin dans l’espace
Devenez pollen, poussière
Invisibilité
Oiseau essoré, oui
Ouvrez vos ailes au voyage
De non retour
Et laissez-moi me reposer
Sans conjuguer imparfait
Et présent du conditionnel
Dormir, enfin…
Exorcisée de vos résonnances
Dormir…
Tête vide au creux
De l’oreiller sec
Sous mes paupières closes
Rien de ce qui fut
Réveil sur l’amnésie
Éveil à la vie
Amen