En Chine, on paye pour chasser les ours polaires

Qu’importe si l’ours blanc est en voie de disparition, des chasseurs peuvent désormais payer pour aller en abattre au Canada.

 

ours alice aubert

Un ours, ça n’a pas de prix. © Alice Aubert

 

60 000 €, c’est le prix de la vie d’un ours polaire selon un groupe de chasseurs originaire de Pékin, (« le club j’aime la chasse »), qui organise des safaris pour récupérer cet encombrant trophée.

 

Alors que l’espèce est en danger, en particulier à cause de la fonte de la calotte glacière, ce genre d’agissements choque les associations de conservation de la nature.

 

En effet, dans le monde, la chasse est très encadrée, parfois même interdite comme en Norvège, mais au Canada, les étrangers peuvent venir chasser l’ours blanc « pour le sport » tant qu’ils respectent les quotas.

 

Si on ne peut pas nier l’utilité de la régulation de certains animaux par la chasse (en remplacement, bien souvent, des prédateurs naturels qui ont disparu de l’écosystème), les safaris d’ours polaires restent une pratique révoltante. Les populations d’ursidés sont très fragiles dans les régions Arctiques, et ce n’est pas avec un tel comportement que les choses vont changer.

 

Lors d’un entretien avec le Daily Mail, le président du club de chasse a même déclaré que « si on considère que les calottes glacières vont fondre de toute façon et que du coup les ours vont mourir, dans ce cas autant les chasser ». C’est sûr qu’avec une réflexion pareille, la protection des ours polaires s’est trouvé un nouveau défenseur, hein?!

* * *

Je trouve ça révoltant!

Quand on connait le non respect qu’ont les Chinois pour les animaux, voilà que le Canada les laisse venir chasser nos ours polaires déjà en voie de disparition, pour “le sport”!!!