Lors de son passage à Tout le monde en parle, l’ancien ministre de l’Éducation dans le gouvernement de Jacques Parizeau a expliqué comment il s’était débrouillé pour éviter que les étudiants écopent.

À l’Éducation, il fallait que je réalise des économies de 400 M$ en dollars d’aujourd’hui.
Il y avait alors un débat au sujet des frais afférents, ces coûts qui s’ajoutent aux frais de scolarité et auxquels le gel ne s’applique pas. Ces frais montaient en flèche et, au même moment, des recteurs étaient en train de se verser de juteuses augmentations de salaires. De plus, les dirigeants du ministère me proposaient de régler une partie du problème en jouant avec les prêts et bourses sur le dos des étudiants.

Pour moi, il était hors de question de commencer en demandant des efforts aux étudiants. Il fallait commencer par le haut de la pyramide, notamment par les recteurs.

Ainsi, plutôt que de serrer la vis aux étudiants sur leurs prêts, j’ai renégocié les taux payés par le gouvernement aux banques pour le financement des dettes étudiantes. Elles ont résisté jusqu’à ce que je les menace d’aller en appel d’offres et de laisser tout ce financement à celle qui offrirait le meilleur taux, comme je l’avais fait avec les prêts agricoles au ministère de l’Agriculture. Cette seule mesure a permis une économie pour le gouvernement de plus de 30 M$”.

Non mais, peut-on imaginer le gouvernement Charest faire une telle démarche?! Pfft! Bien moins de trouble de faire payer les étudiants!

Dans une lettre envoyée à certains médias, monsieur Garon déclare:“ Il y a amplement à couper dans les administrations des universités, à commencer par le salaire des recteurs. Il y a un ménage à faire dans la gestion des universités. Les recteurs ont tous des limousines aujourd’hui et des salaires faramineux”. En plus de leurs prêts personnels sans intérêt, primes de séparation, membership à des clubs de golf, etc.

“Il fallait commencer par la tête, madame la ministre”, ajoute-t-il. C’est exactement ce que les étudiants ont demandé à Line Beauchamp, au lieu de hausser les droits de scolarité. Elle n’y avait pas pensé,  Charest non plus!

Ben… ils y avaient peut-être pensé mais comme leur objectif est d’enrichir les riches aux dépens de la classe moyenne…

gif bonne semaine