(Haïku)

Je ferme les bras
Et j’étreins cette coquille
Que forme le Vide

Pas le moindre son
La coque n’éclate pas
Elle gonfle le ventre

Un jour, elle crèvera
Dans mes bras devenus morts
Sous le poids du Rien